L’avantage de fricoter un peu avec les fermes collaboratives (les AMAPs par exemple), c’est qu’on en (ré)apprend tous les jours: et en ces temps de disette, c’est pas les deux-trois filons capables de réconcilier notre appétit avec notre porte-monnaie qui vont nous faire du mal. La suite >

Post to Twitter