La consommation collaborative
fait décidemment beaucoup parler d’elle. Capable de générer un réel engouement autour de valeurs sociétales très largement diffusées (la lutte contre le gaspillage par exemple), le mouvement qui en est né sait se montrer redoutablement efficace lorsqu’il s’agit de faire évoluer les rapports sociaux.

C’est exactement ce qu’il se passe aujourd’hui dans l’Ouest des Etats-Unis, où de banals jardins communautaires sont en train de jouer un rôle civique dont on ferait bien de s’inspirer. A l’origine, cette idée lancée en l’air: pourquoi ne pas supprimer le système des micros parcelles individuelles, et se dire qu’à mettre en commun la récolte locale d’une saison, on en arriverait bien à en obtenir un excédent de production qui pourrait être alors directement reversé aux Banques Alimentaires du coin – en gros, passer des « jardins communautaires » aux « jardins de partage » (sharing gardens). La suite >

Post to Twitter