La « Cuisine Canaille » fait son grand retour en 2012, et on vous explique pourquoi:

Pour tout le monde, elle évoque le plat du jour servi sans chichi sur des nappes en papier imprimé Vichy, le pichet de rouge pas forcément finaud mais à volonté, l’ambiance sympa et bruyante des comptoirs. Mais pour les plus avertis, elle rappelle:

  • un gros mot: une « canaille » au 19ème siècle, c’est une caillera au 21ème – ni plus ni moins. Parce que les bistrotiers, par souci d’économie d’argent et de temps, se servaient de produits bon marché (légumes de saison, abats de viande) pour les marier lentement en sauce afin d’avoir le temps de servir en salle, ils ont donné naissance à ce que les grands restaurateurs de la Capitale ont baptisé la « Cuisine Canaille« . En gros, vous êtes des sauvageons si vous pratiquez la Blanquette de Veau ou le Boeuf Bourguigon.
  • une genèse gastronomique: en triant sur le volet les meilleures recettes de notre beau pays, la Cuisine de Bistrot a servi de tremplin à toute une flopée de plats régionaux méconnus jusqu’alors (un peu en mode Star Acc’ super en avance): la Tête de Veau Gribiche Parisienne, c’est elle,  les Tripes de Caen, c’est encore elle – les Trénels Millavois*, c’est toujours elle.

Et comme on n’est pas avare en bons plans chez Super marmite, voici tout ce qu’il vous faut pour recréer chez vous, la prochaine fois que vous inviterez vos amis à dîner, l’ambiance bonne franquette des bistrots de quartier:

Avec tout ça, vous avez de quoi vous lancer dans des repas gargantuesques, à peu de frais, et sans passer trop de temps en cuisine – le rêve. Et puis, si il vous reste tout de même quelques parts à la fin de la soirée, vous saurez toujours quoi en faire: www.super-marmite.com!

A bientôt pour une nouvelle tendance!

Source: www.paris-bistro.com

* c’est vrai qu’à première vue on dirait le titre d’une Opérette, mais c’est vraiment un truc qui se mange: www.aveyron.com

Post to Twitter