C’est à Paris, sur le Canal Saint-Martin, que Dabee, notre cuisinier du mois de novembre m’a invitée chez lui.
Découvrez ma rencontre avec un cuisinier pas comme les autres.

Comme il faisait froid, Dabee m’a gentiment accueillie avec une boisson gingembre-citron-miel, quelques cookies et brownies faits maison.

En fidèle globetrotteur (voir « Le portrait de Dabee »), Il a tenu à me faire goûter un fruit sec très étrange d’Afrique, au nom imprononçable. Une sorte de petite boule noire à la peau dure « Il faut croquer pour accéder à la chair mais après tu recraches la coquille hein, ce n’est pas très digeste » me voilà emballée… Je tente d’esquiver mais finalement je me lance. Tout s’est bien passé ! D’ailleurs, c’était même très bon. Ah, les préjugés quand on ne connaît pas… Moi je dis : on devrait tous avoir un cuisinier à la maison pour nous faire découvrir de nouvelles saveurs !

En pleine préparation d’une belle tarte maison pour le dîner -auquel je n’avais pas le temps de rester, zut !- il m’a révélé ses aventures culinaires avec Super Marmite.

Séverine : Comment as-tu connu Super Marmite ?

Dabee : J’ai connu Super Marmite par une copine serveuse au Barbershop (ndlr : un café-restaurant 68 avenue de la République Paris 11e ). Je lui avais apporté des mini muffins pour nos retrouvailles. Elle avait un ami qui était l’un des trois « cerveaux éminents » à l’origine du projet Super Marmite. Elle m’a naturellement parlé du concept puisque j’aimais déjà proposer à manger à mes proches. Ça m’a plu, je me suis inscrit.

Séverine : Pourquoi la cuisine ?

Dabee : Pourquoi pas j’ai envie de dire. C’est tellement appréciable de pouvoir vraiment savoir ce que tu manges, d’où ça vient, comment ça a été fabriqué, si c’est sans conservateurs etc. Dans mon esprit, je voulais faire pousser du blé dans mon jardin parisien. Après avoir réfléchi 10 secondes je me suis dit qu’en termes de rendement, je ne serais pas super efficace. Je suis donc reparti discuter avec mon boulanger pour lui demander les farines qu’il utilisait.

Avec le temps, je suis devenu extrêmement critique envers les produits industriels : il y a souvent plein de conservateurs, d’arômes, etc. Bref, rien de très naturel ! Pareil pour ce qui est de la qualité en boulangeries et autres restaurants. Si c’est moche, je ne goûte même pas ! Ce qui est complètement stupide je le conçois car la notion d’attrait culinaire est tellement subjective, mais c’est quand même très important de soigner la présentation. D’ailleurs il m’arrive de tout recommencer si ce que j’estime que ce que j’ai cuisiné n’est pas présentable. Mais je ne jette pas, pas d’inquiétudes. J’ai juste pas mal de réserves dans mon congélateur du coup !

Séverine : Comment s’est déroulé ta première expérience avec Super Marmite?

Dabee : Plutôt épique en fait ! C’était le jour où nous avons eu des chutes de neige abondantes sur la capitale l’an passé, ce qui a eu pour conséquence de paralyser complètement la ville. En France, nous ne sommes vraiment pas équipés, on devrait prendre des leçons sur les Canadiens !

J’ai donc mon premier gourmand Super Marmite qui est censé passer le soir, mais toute la journée il neige, encore et toujours. J’avais préparé la veille une cinquantaine de cookies, 4/5 différents de mémoire. J’imagine que fatalement mon premier gourmand Super Marmite va annuler en raison des circonstances climatiques exceptionnelles. Mais ô surprise, à 19h et quelques flocons de neige, le voilà tout de blanc revêtu : un gentil papa avec sa fille en poussette. Et lui de s’excuser, car bien que voisin il est en retard puisque comprenez-vous « c’était difficile de pousser Mathilde ». J’étais tellement content d’avoir mon premier client, qui avait courageusement braver les conditions météorologiques que… je lui ai tout donné. Hop les 50 cookies dans son sac ! C’est Mathilde qui était contente !

Séverine : As-tu un conseil à donner aux personnes qui s’inscrivent sur Super Marmite?

Dabee : Je leur conseille de soigner leur présentation, d’afficher une photo d’eux dès le départ. Il est préférable de rédiger une description adéquate et plutôt riche : ne lésinez pas sur les détails, surtout lorsque cela concerne l’origine des produits impliqués dans la préparation de votre plat. Et soyez curieux de tout, surtout de ce que vous ne connaissez absolument pas.


Incroyable rencontre ! J’ai passé un excellent moment, je me suis régalée. Courrez sur le site, suivre Dabee pour être au courant dès qu’il propose ses super cookies.

Sur Super Marmite, je cuisine uniquement des pâtisseries, c’est plus pratique à transporter et ça se conserve mieux. Je propose pas mal de parfum pour mes cookies mais n’hésitez pas à me demander vos recettes préférées, au contraire !

Post to Twitter