« D’ici à la fin de l’année, j’aimerais bien gagner 50 kgs », confie Cindy. Sauf que Cindy a 21 ans, mesure 1.60m, et pèse déjà 90 kgs: elle est, ce qu’on appelle Outre-Manche, une « Gainer ».

A l’exact opposé des pro-ana (ces dingos de l’anorexie), les Gainers prônent ouvertement l’hédonisme version XXXX-XL, via une prise de poids à outrance…et ce, en toute connaissance de conséquences. La surcharge pondérale ne leur fait pas peur, au contraire: pour eux, jouir de la vie, c’est jouir de ses indigestions. D’une motte de beurre croquée à pleine dents au petit-déjeuner, aux dizaines de hamburgers ingérés tout au long de la journée, le tout abondamment arrosé de litres de sodas sacrilège au  bon sens sanitaire, tout y passe – pourvu que le résultat se voie.

Il faut croire qu’il y a des paradoxes qui nous étonnerons toujours: alors qu’en ce moment même on n’a plus assez de dizaines de milliers de doigts pour compter les victimes de la famine en pleine Corne d’Afrique, aux Etats-Unis on observe d’un oeil torve ce néo-mouvement résolument imbuvable - mais indéniablement révélateur d’un certain mal être.

Et pourtant. Ce qui fait le choux-gras des tabloids américains, à croire plus enclins à s’adapter au (dé)goût des lecteurs qu’à s’intéresser à ce qui pourrait être un problème de fond, a créé une certaine émulation en France. Les blogs de Feedees fleurissent la Toile francophone, et les commentaires postés en VF nous laissent (sans mauvais jeu de mots) sur notre faim:

L’effet du temps est un problème pour les minces, pas pour les rond(e)s. C’est d’ailleurs peut-être pour cela que les médias imposent le modèle de la minceur: pour que la vieillesse devienne un problème. En effet, notre système économique actuel crée sans cesse de nouveaux besoins afin d’augmenter la consommation. Notons aussi que le fait d’être gros fournit de meilleures chances de survie en cas d’insuffisance des ressources alimentaires. La sélection naturelle a toujours sélectionné les individus corpulents, surtout dans les pays ou les précipitations (donc les récoltes) sont irrégulières. Et enfin, pour un feedee, le fait d’être gros permet de vivre une expérience très forte, que la plupart des gens ne vivront jamais.

Bref, entre fascination mal placée et incompréhension, on ne sait trop quoi en penser – et vos commentaires sont évidemment la bienvenue.

Crédit Photo: www.bogota-news.eu

Citation: http://feedee.lightbb.com/t345-philosophie-du-feedisme

Post to Twitter