Tout le monde a sur son balcon ou sa terrasse des plants de basilic ou de tomates cerises, qu’il se plait à cultiver et à cuisiner ensuite à titre personnel. Mais là où l’utile se joint à l’agréable, c’est par exemple lorsqu’un quartier se met à mutualiser ses micro-cultures pour investir le toit d’un quartier, et monter ensuite un projet communautaire dans le but de revendre sa production aux supermarchés du coin: voilà le concept de « Food from the Sky« .

L’idée de la « Permaculture » est née dans le nord de Londres, et poursuit un objectif simple: « cultiver l’esprit de communauté en faisant pousser des légumes » . Pari réussi pour cette initiative fraîchement primée pour son impact « Zéro CO2 » sur l’environnement: chaque vendredi, femmes et enfant, retraités et actifs vendent leur production de fruits, légumes, champignons et herbes aromatiques bio au supermarché du rez-de-chaussée de l’immeuble qui abrite leur « ferme verticale« .

Et les avantages sont nombreux: tandis que les petits se reconnectent avec la Nature, les plus grands tissent de nouvelles relations de voisinage, et le supermarché d’en-bas fait vivre une économie locale (et durable) en faisant bénéficier à sa clientèle de produits 100% locaux.

En France on n’aurait aucun mal à imaginer faire la même chose: après tout, la Seine-St-Denis peut déjà se targuer de produire l’un des meilleurs miels de France (le fameux miel Béton) issus des ruches installées un peu partout sur les toits des immeubles – alors pourquoi ne pas passer de l’apiculture à la permaculture?

Source: www.treehugger.com

Crédit Photos: foodfromthesky.org.uk

Post to Twitter