Depuis une semaine les media ne parlent que de ça - l’Andalousie empoisonnerait l’Europe avec ses concombres porteurs d’ECEH (Escherichia colientérohémorragique), la bactérie à l’origine des nombreux décès constatés en Allemagne, en Suède, et hier encore en Angleterre.

Or force est de constater qu’entre info et intox la frontière est fine, et que d’un discrédit jeté sur tout un pan d’une activité économique – engendrant des pertes abyssales chiffrées à plusieurs millions d’euros par jour – on nous annonce hier qu’en fait non, la mystérieuse épidémie ne peut être imputée à la consommation des fameux cucurbitacées espagnols…pile poil le lendemain où la Russie impose formellement un blocus de tous les légumes d’origine européenne.

Les autorités gouvernementales voient rouge, Madrid envisage d’intenter une action légale à l’encontre des autorités de Hambourg, Bruxelles tape du poing sur la table Moscovite, l’OMS y met son grain de sel…et pendant ce temps, Londres égraine à son tour des victimes.

Une affaire à suivre donc, mais gare à une certaine psychose médiatique. C’est la raison pour laquelle nous vous encourageons vivement à réagir sur le blog – plus que jamais votre avis nous intéresse!

Source photo : France24

Post to Twitter