magazines culinaires

Ca sent le printemps, non? : ) parce que du côté des kiosques à journaux, ça bourgeonne de tout partout de nouveaux magazines culinaires!

Soyons honnêtes, ce type de presse aura longtemps traîné derrière lui une image un peu « mémère », comme s’il avait été jusque là réservé dans l’imaginaire collectif aux ménagères de moins de 50 et de plus de 45 ans – le genre de magazines qu’on survole en dernier recours chez le coiffeur ou dans la salle d’attente du médecin, tout en jalousant du regard la chanceuse qui aura réquisitionné le seul ELLE qui se sera oublié sur la table (même s’il date de 1996).

Il était donc grand temps que la relève s’organise et réinvestisse le créneau – chose faite , et avec brio, s’il vous plaît : )

Opérant le grand Ménage du Printemps éditorial qu’on n’attendait plus (ton décalé, goulûment dans l’air du temps et décompléxés de la fiche cuisine), les trois magazines que nous vous avons sélectionnés vont vous faire entrer de plein pied dans la Popote Attitude new generation!

  • Zeste (du groupe Express): ce n’est pas parce qu’ils ont eu le bon goût de parler de nous il y a deux mois qu’on les met en topline, hein – mais quand même: avec des accroches aussi bonnes que « l’asperge est mon alliée » et « je bluffe avec mes conserves », ce magazine a un don inné (et de sacrés rédacteurs) pour simplifier n’importe quelle recette de saison tout en palliant aux questions existentielles que toute personne normalement constituée se pose un jour ou l’autre – « au secours les ados débarquent ». (trimestriel, 4.90 euros – le dernier vient de sortir le 4 mars)
  • Fricote (de la Shoes-up team):  là encore, une très belle découverte – une ligne éditoriale au poil,  des journalistes capables de faire passer aux aveux Joey Starr sur ses tendances culinaires inavouées, 130 pages d’articles bien fournis, un site internet ultra bien renseigné (oui on est un peu jaloux) , le bien nommé Epicurien Urbain passe à l’abordage des classiques gastronomiques, et ça ne fait pas de mal. (trimestriel également, 4.50 euros, dernière parution il y a 15 jours)
  • Grand Seigneur (made in Technikart):  vous aimez l’irrévérence? ça tombe bien : ) ce magazine va devenir en moins de deux le chouchou des journaux laissés nonchalamment/bien en évidence dans le salon, calé bien confortablement entre le dernier Vice et le Nouvel Obs. Tout frais sorti de l’imprimerie, et poignant de la couverture (très belle photo de Joachim Lapotre, photographe encore peu connu à notre goût, mais qu’on affectionne particulièrement), Grand Seigneur va vous réapprendre à parler cuisine entre amis, l’ironie au coin de la bouche (« Je suis la terreur du sommelier du Monoprix d’Arcueuil »), et le regard aiguisé sur les sujets d’actualités (« Bienvenue dans ma Sarko-cuisine » – ou comment repenser la diète en ces temps de crises) (trimestriel itou, 4.95 euros – premier numéro sorti le 12 mars)

Ah au fait, on a hésité au sein de l’équipe. Vous mettez un ou deux t à popote ?


Post to Twitter