alimentation

Il y a quelques mois encore,nous vous parlions des chiffres affligeants du gaspillage alimentaire dans nos chères contrées occidentales, et des aberrations sociales (et écologiques) qui en découlaient (voir notre article « Les dommages collatéraux du gaspillage« ). Aujourd’hui c’est heureusement avec un peu moins de cynisme – mais autant d’engagement – que nous ouvrons ce deuxième volet consacré à la consommation participative: bienvenue dans l’univers ses épiceries sociales!

« En développant le réseau des , l’A.N.D.E.S  (l’Association Nationale du Développement des Epiceries Solidaires) veut contribuer à créer un outil complémentaire permettant de resserrer le maillage de l’aide alimentaire sur le territoire national. La première fonction de ces structures est d’apporter une aide différente de l’aide existante, notamment en dépassant la seule satisfaction d’une nécessité physiologique (se nourrir) ou d’un impératif économique (faire consommer) : l’ se veut solidaire et humaniste, elle a pour ambition de replacer, ou, au moins, de contribuer à replacer les individus dans le monde économique dont ils ont pu, à un moment, être éloignés. »

Egalement appelées « épiceries participatives », ces lieux ouverts à la frange la plus précaire de la population française se veulent un véritable lieu de rencontres et d’échange. Le principe: mettre à disposition une épicerie alimentaire structurée comme un commerce classique – à un détail près: les prix proposés avoisinent les 20% de ce qui est normalement pratiqué en grandes surfaces (ce qui, dit en passant, nous renseigne assez efficacement sur le budget alimentaire dont dispose quelques 13,4% des Français à l’heure actuelle).

Développées également autour d’ateliers (de cuisine bien sûr – objet de notre prochain post – mais également de cercles de paroles), les épiceries participatives jouent alors pleinement leur rôle d’acteur social: au-delà du fait de permettre au quidam en difficulté d’aller faire son marché « comme tout le monde »,  c’est toute une dynamique dite de « réinsertion » qui prend vie, et qui illustre alors à merveille la philosophie de ce réseau citoyen engagé: « l’alimentation est un angle d’approche de l’action sociale ».



Les épiceries solidaires et sociales par angalioproductions

Source: http://www.epiceries-solidaires.org/

Post to Twitter