exposition aventures sensibles au lieu du design

Il y a des jours où l’on a hâte de se ruer sur le blog pour y écrire un article. Je crois que c’est le cas aujourd’hui, sans doute parce que ma fibre de designer a été très inspirée par l’expo visitée hier. Il s’agit de Food design, aventures sensibles qui se tient en ce moment (et jusqu’au 30 avril) au Lieu du Design à Paris. Cette exposition, conçue par Marc Brétillot, que beaucoup qualifient de « pape du design culinaire », présente, outre un alignement d’une cinquantaines d’objets de cuisine dessinés par des designers, une belle sélection de travaux de jeunes designers et d’étudiants, mettant en œuvre des démarches suffisamment riches et variées pour dresser un panorama très large du design culinaire, pour ne pas dire du design tout court. Questionnant notre rapport à la gastronomie en abordant ses dimensions tantôt culturelles, tantôt pratiques ou ludiques, les travaux présentés amènent chacun un regard original et neuf, sur ces actes que nous effectuons chaque jour au moment de nous mettre à table ou de déguster un en-cas sur le pouce.

expo design food

Qu’il s’agisse d’envisager l’aliment comme un matériau à part entière, sensible, ayant même la propriété d’émettre du son, comme les disques vinyles en chocolat qui recouvrent les gâteaux de Julie Rothhahn, ou de jouer avec la nourriture, comme propose de le faire Mathieu Ventayol avec son Kit de construction de « bonhommes Suisses » sur petits suisses, les approches sont très variées, illustrant les différentes facettes du métier de designer industriel.

Parmi l’ensemble des pièces présentées, je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous encore deux concepts qui ont particulièrement attiré mon attention. Le 1er, de Julie Rothhahn est intitulé Pâtadoigts marionnette, il date de 2004. Ces pâtes à cuire et à servir tièdes ou froides permettent de manger en jouant, de revêtir ses doigts avant de les tremper dans la sauce.

patadoigts marionnette

Le 2ème pourrait en quelque sorte faire écho aux disques vinyles en chocolats cités précédemment. Par un jeu sur le packaging, dans « Goûts et couleurs », le concept de crèmes camembert aromatisées de Violaine Visentin et Clara Lou Natel, la nourriture n’est plus un matériau sonore, mais une matière colorée, à appliquer et « savourer par petites touches impressionnistes ou monochromes expressionnistes. »

gouts et couleurs

Voilà, je ne saurais trop vous recommander, pour les franciliens d’entre vous, de faire un saut à cette exposition. J’ai noté qu’il y avait aussi 5 soirées de performances culinaires précédées de conférences prévues en marge de l’exposition, mais je n’ai malheureusement pas trouvé les infos sur le calendrier exact (en espérant que les dates ne soient pas toutes passées) et ai oublié de demander sur place. Si quelqu’un a l’info, je mettrai à jour l’article avec.

Allez, bonne expo si vous y allez…

Post to Twitter